La Toile Eldar V2

Lieu de rencontre de tous les Eldars de la Galaxie.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 recueil : tyranides

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ardreos
Guerrier Aspect


Messages : 38
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 37

MessageSujet: recueil : tyranides   Ven 13 Aoû - 1:40

Au delà de la galaxie Humaine, au delà du rayon d'action
des vaisseaux spatiaux et de l'Astronomican, existe le vide
indiciblement froid de l'espace intergalactique. C'est un
royaume où peu d'hommes se sont aventurés, et d'où
aucun n'est revenu. C'est la grande barrière qui sépare les
galaxies. Maintenant ce vide n'est plus silencieux. Il s'y
déplace une grande créature intelligente formée de
milliards et de milliards de créatures, un esprit fait de
nombreux esprits interconnectés. Cette entité, cette race
se nomme l'esprit ruche Tyranide, et vient d'une galaxie
située à une distance inimaginable. Maintenant son avantgarde
a atteint l'Imperium et le sort de l'humanité et de
toutes autres créatures vivantes de la galaxie est en jeu.
Les Tyranides ont atteint l'Imperium dans leur flotte ruche
qui consiste en un essaim noir de plusieurs millions de
vaisseaux spatiaux individuels. Chaque vaisseau est une
gigantesque chose vivante, une créature fabriqué à partir
de tissus organiques grâce à des manipulations génétiques
sophistiquées. Le voyage à travers le vide a pris des éons,
et durant ce temps les Tyranides ont été plongés en
hibernation.

Quand la flotte ruche s'approcha de l'Imperium, les
astronefs se réveillèrent et leurs habitants commencèrent
doucement à dégeler. Cependant, la flotte ruche est si
grande que son arrière garde sommeille toujours au-delà
de la frontière extérieure de la galaxie. Le lent processus
éternel de pensée de l'esprit-ruche reprend de la vitalité au
fur et à mesure que des Tyranides s'éveillent et se
rappellent le but sans âge de leur race.

Ce sera la mort de la race humaine, mais pour l'espritruche
ce n'est rien de plus que l'exploitation d'une mine de
métal précieux ou que la moisson d'un champs de blé. En
effet, les Tyranides n'ont aucun sens de la pitié ou de la
compassion, ils sont totalement au-delà de la
compréhension humaine, comme les hommes sont pour
eux incompréhensibles. Là où un humain voit la vie,
l'esprit-ruche ne voit que quelque chose à consommer. Tel
fut le destin de centaines de milliers de galaxies de millions
d'espèces intelligentes, et c'est ainsi depuis des temps
immémoriaux.



LES GUERRIERS TYRANIDES

Les Tyranides sont les maîtres indiscutés des
manipulations génétiques et de la bio-ingénierie. Grâce
aux Reines-Norn, vastes usines vivantes dont le rôle est de
fabriquer d'autres créatures, les Tyranides ont créé les bioconstructions
innombrables qui constituent leurs flottes
ruches.
Les Tyranides eux-mêmes ont six membres et font deux
fois la taille d'un homme. Leur corps est recouvert
d'épaisses plaques d'os, qui se chevauchent pour former
une robuste armure naturelle. Des pores situés entre ces
plaques exsudent une humeur visqueuse incolore qui
suinte sur le corps et qui dégoulinent de leurs ergots. Cette
humeur visqueuse lubrifie les plaques osseuses rigides et
les protègent de l'usure due à la friction.
La paire de membres inférieurs des Tyranides est utilisée
comme pattes, leur permettant de se déplacer. Elles se
terminent par de durs ergots osseux, qui, bien que non
initialement prévu en tant que tel, peuvent très bien utilisé
comme armes, un coup d'ergot pouvant à lui seul briser un
crâne humain. La paire médiane de membres est
incroyablement forte et se termine par des ergots aiguisés
comme des rasoirs - ils sont utilisés pour éventrer un
ennemi en combat rapproché. Les membres supérieurs,
plus délicats, se terminent par des ergots articulés, qui
servent de mains et de doigts aux Tyranides, ce qui leur
permet de porter des armes ou d'autres objets, de
manipuler les bio-machines et d'effectuer d'autres tâches
manuelles de précision.
Les membres sont reliés entre eux par une gaine osseuse
perforée qui protège des chocs l'épine dorsale et les
organes internes mous. Au dessus des membres
supérieurs se trouve une nuque osseuse et la tête
terrifiante du Tyranide dotée d'une mâchoire puissante.
Cette structure de base à six membres est commune à
beaucoup de bio-créatures Tyranides, comme les
Genestealers, et il est fort probable que ces créatures
soient dérivées du même matériel génétique Tyranide ou
de celui d'espèces apparentées originaires de leur planète
depuis longtemps oubliée.

L’ESPRIT DE LA RUCHE

L'esprit ruche est une volonté unique qui dirige et
coordonne la flotte-ruche. Il est formé de milliards et de
milliards de consciences individuelles : celle de chaque
Tyranide et de chaque créature vivant dans la flotte ruche.
Certains de ces esprits sont capables de pensées
individuelles rationnelles, d'autres ne sont capables que de
décisions limitées, d'autres, enfin, ne sont que des
automates dont l'esprit ne peut accomplir que les fonctions
motrices de base. L'extension de cette capacité à agir et à
penser librement varie en fonction du rôle de la créature
dans la flotte-ruche.
Comme toute la technologie Tyranide est basée sur
l'ingénierie biologique, même les fonctions les plus simples
sont effectuées par des bio-constructions adaptées
génétiquement qui ont une conscience rudimentaire et qui
font donc partie de l'esprit-ruche. Les vaisseaux Tyranides
sont des créatures vivantes et même les composants
individuels comme les portes sphincters, les orifices à
nourritures et les cellules de téléportation sont des
réatures vivantes hautement modifiées. Même les objets
les plus simples trouvent leurs origines dans des tissus
vivants et restent en liaison avec l'esprit-ruche.
Les Tyranides utilisent aussi les manipulations génétiques
pour créer de nouvelles races de serviteurs à partir des
captifs. Ces bio-constructions avancées sont des races
artificielles élevées par les Tyranides. Leurs esprits font
partie de l'esprit ruche mais ils peuvent toujours penser et
agir par eux-mêmes, et peuvent prendre des décisions
dans les limites fixées par leur conception. Il y a des
centaines et des centaines de races, et bien que ces
impressionnantes créatures soient indicibles et horrifiantes
aux yeux des humains, elles ont toutes un rôle spécifique
dans la société Tyranide.


L’OMBRE DANS LE WARP

Lors de leurs déplacements interplanétaires, les astronefs
humains, voyagent à travers une dimension alternative
connue sous le nom d'espace warp. Le warp est aussi le
canal par lequel les astropathes humains envoient des
messages psychiques, permettant aux millions de mondes
de l'Imperium de communiquer entre eux. La flotte-ruche
se déplace aussi dans le warp. En principe, tout vaisseau
traversant le warp y provoque des vibrations qui peuvent
être détectées par les astropathes humains, mais la flotteruche
est si inimaginablement vaste qu'elle crée une
perturbation impénétrable comme une ombre immense
obstruant le warp. Cette ombre est la noire et impénétrable
volonté de l'esprit ruche lui-même devant lequel l'esprit
astral d'un malheureux psyker est aussi en sécurité qu'une
chandelle dans un ouragan.
Lorsque la flotte Tyranide arrive, l'ombre provoquée par
l'esprit ruche se présente sous la forme d'un bloc
impénétrable, qui empêche les astropathes d'envoyer ou
de recevoir des messages télépathiques, empêche les
astronefs d'entrer dans le warp et déroute violemment ceux
qui y sont déjà. Quand la flotte ruche avance, la zone de
l'Imperium "avalée" par elle cesse simplement toute
communication ne donnant pratiquement aucun indice de
ce qui s'est passé.

LES GUERRES TYRANIQUES

Tout commença par une douzaine de rapports sur des
mondes mystérieusement dénudés de toute vie le long de
la bordure sud-est de la galaxie. Il s'agissait de mondes
reconnus pour posséder une vie indigène. Certains ne
possédaient guère plus qu'une soupe primitive
d'organismes sommaires encore aux premiers stades de
l'évolution, mais dans d'autres cas, des écosystèmes
évolués avaient disparu. Plus de trois cents mille formes de
vie furent consignées comme éteintes dans les dossiers de
l'Adeptus Mechanicus en un an.
Les Explorateurs ne purent établir de liens communs parmi
les pages et les pages d'informations rassemblées sur ces
mondes dévastés. Les activités solaires et les
modifications orbitales furent écartées, de même que les
impacts de corps stellaires plus petits. Il semblait n'y avoir
aucune explication valable à ces phénomènes.
Un premier rapport fut établi par l'Explorateur Général de
l'Administratum mais aucune action ne fut entreprise. Dans
une galaxie d'un milliard de mondes, mystères et
phénomènes inexplicables étaient plus fréquents que ce
que l'Administratum voulait bien admettre. Les planètes en
question se trouvaient à des milliers d'années-lumière des
plus proches mondes humains. Aucune espèce intelligente
n'avait été détruite et les intérêts impériaux n'étaient pas
menacés. Les rapports allèrent rejoindre les milliers de
dossiers stockés sur Terre et, comme trop souvent, le
précieux indice annonçant la catastrophe fut enterrée sous
les strates de la bureaucratie.
D'autres rapports de mondes ravagés furent enregistrés
par les Explorateurs et il y eut enfin assez d'éléments pour
attirer l'attention de l'inquisition. L'lnquisiteur Kryptman,
l'homme qui avait si clairement démontré les principes
pervertis de l'Hérésie Macharienne, prit connaissance du
dossier avec inquiétude. Comme tous les Inquisiteurs, la
première réaction de Kryptman fut d'essayer de se
renseigner davantage et d'extraire des informations
supplémentaires du phénomène. Les Adeptes
Explorateurs, malgré ses questions pressantes,
n'apportèrent guère d'éléments nouveaux.
Kryptman nota les mondes dévastés et les classa par date
de découverte. Très vite, il découvrit que ces planètes
éteintes suivaient une logique. En fonction du temps et du
lieu, il constata que les mondes d'une certaine zone de la
bordure sud-est de la galaxie étaient éradiqués
progressivement. La nature éparse des rapports rendait
difficile d'établir la direction ou la vitesse du phénomène,
mais il semblait pénétrer de plus en plus profondément
dans la galaxie et il finirait par atteindre des secteurs
abritant des mondes impériaux, si ce n'était déjà fait.
Kryptman informa le Conseil de l'inquisition de ses
découvertes et reçut le commandement d'un vaisseau pour
se rendre sur les frontières orientales et rassembler toutes
les informations possibles. Kryptman était parvenu à établir
un rapport de temps et de lieu entre les différents mondes
ravagés, mais il n'avait absolument aucune idée de ce qui
concernait la cause du phénomène. Cependant, alors
même que le vaisseau de l'inquisiteur pénétrait dans le
Warp, les événements se précipitèrent.

LE PREMIER CONTACT

La planète Tyran était un monde banal à tous égards. Elle
était recouverte à plus de quatre-vingt pour cent par un
océan parsemé de quelques îles qui n'étaient que les
sommets de montagnes s'élevant du fond de la mer
quelques kilomètres plus bas. Le grand océan grouillait
d'une abondante vie primitive et vorace, des bancs de
corail longs de plusieurs milliers de lieues, des myriades de
crustacées, poissons élémentaires et autres créatures.
Une grande base d'Explorateurs située sur Tyran servait
d'étape aux expéditions en route vers l'est de la galaxie et
étudiait la richesse de la vie marine évoluant dans les
océans de la planète. La base Primus de Tyran contenait
plus de quatre cents personnes, surtout des Explorateurs,
des scribes de l'Adeptus Administratum, des Genetors,
Ingénieurs et Lexicanis de l'Adeptus Mechanicus plus leurs
serviteurs et un Astropathe chargé de toutes les
communications avec la Terre, distante de soixante mille
années-lumière.*

Le premier signe fut la détection d'un nuage composé d'un
grand nombre d'objets non identifiés pénétrant dans le
système de Tyran. Les sondes et la télémétrie révélèrent
peu de choses sur ce mystérieux nuage mais indiquèrent
qu'il n'émettait aucun signal ni signature énergétique. Les
objets eux-mêmes étaient non métalliques et de formes
irrégulières, ce qui excluait une flotte de vaisseaux ou les
débris d'un Space Hulk rejeté hors du Warp.
Le commandant de la station, le magos Varnak, restait
sceptique face aux étranges divagations de l'astropathe.
Cependant, ses ordres étaient de se renseigner sur tous
les phénomènes aussi supervisa-t-il personnellement la
préparation d'un vaisseau de recherche. Une fois les
préparations terminées, Varnak pilota le vaisseau vers le
nuage, qui se trouvait alors au niveau de la plus lointaine
planète du système.

Alors que le minuscule vaisseau se rapprochait, Varnak fut
frappé de constater que les composants du nuage étaient
de tailles régulières. Des groupes de petits objets
entouraient des formes plus grosses en halos presque
parfaitement sphériques. Alors que le commandant se
rapprochait du gros objet le plus proche, ses senseurs
indiquèrent que la chose possédait une sorte de symétrie.
Sa surface était couverte d'incroyables sillons et spirales,
faisant penser à un astéroïde que l'on aurait sculpté avant
de le laisser dériver dans l'espace. En se rapprochant, les
scanners identifièrent des sortes d'évents de matière
opaque qui se dressaient de l'objet comme des voiles.
Alors qu'il passait à côté de l'objet le plus proche, ce
dernier explosa avec force. L'onde de choc infligea de
sérieux dommages au vaisseau, le magos Varnak fut
blessé et plusieurs hommes tués. Pire, le navire continua à
subir des dommages lors de sa fuite. Plusieurs autres
compartiments explosèrent sans avertissement et les
niveaux d'énergie continuèrent à baisser. Heureusement,
les réacteurs résistèrent, et le vaisseau retourna aussi vite
que possible vers Tyran.

Par ses efforts héroïques, Varnak ramena le vaisseau à
Primus et le posa en catastrophe dans l'océan tout proche.
L'étude du vaisseau et de sa boîte noire indiquèrent qu'il
avait été touché par un mélange complexe d'acides et de
virus qui avait dévoré plus de 20% de sa coque. Pendant
ce temps, le nuage se rapprochait toujours plus vite et les
scientifiques impériaux estimèrent qu'à sa vitesse actuelle,
il atteindrait l'orbite de Tyran en moins d'une semaine. Les
signes biologiques des acides et des virus indiquaient qu'ils
provenaient d'êtres vivants. Les Genetors estimèrent que
le nuage était composé, en partie ou en entier, de formes
de vie adaptées au vide et jamais encore rencontrées par
l'homme. Le nuage s'approcha et entoura la planète avec
une sinistre détermination. Les lasers de défense retinrent
leur feu jusqu'à ce que les contacts-radar les plus forts
(d'une taille équivalente à celle des croiseurs impériaux)
apparaissent en orbite basse. Trois éclairs incandescents
frappèrent l'un des gros objets, qui fit demi-tour en laissant
échapper un épais nuage de vapeur. Un petit objet fut
désintégré par trois autres salves du silo n°3. Dan s la
demi-heure, le silo n°3 toucha deux autres envahiss eurs,
les contraignant à fuir hors de portée.

Une analyse plus poussée des enregistrements des
vaisseaux endommagés indiquèrent que les objets étaient
indiscutablement organiques, protégés par une épaisse
carapace d'un matériau minéral, comparable à de l'os à
base de silice, ou à la chitine des insectes. Ces créatures
semblaient avoir des composants internes plus mous
contenant des fluides. Un micro-examen des bandes du
silo no3 révéla des hordes de formes minuscules
s'échappant de la créature qu'il venait de détruire. Du fait
de la distance, on ne pouvait pas voir grand-chose sur les
images, si ce n'est que les formes avaient un corps en trois
segments et six protubérances mobiles avec symétrie
bilatérale.

Varnak appela l'astropathe au centre de contrôle. Un
serviteur dut le transporter jusqu'au magos. Le regard
farouche du jeune astropathe avait cédé la place à un air
fatigué et l'impression d'un immense désespoir. Soudain
attentif, Varnak interrogea soigneusement l'astropathe sur
ce qu'il avait perçu au cours du combat. L'astropathe
répondit, dans un murmure rauque, qu'il avait senti l'unicité
de l'ennemi entourant Tyran. Lorsqu'une créature avait été
touchée par les lasers de défense, toutes les créatures
avaient réagi au coup par une vague terrifiante d'émotion
non humaine. Tout comme le ciel de Tyran brillait de la
lumière réfléchie par la nuée comme un millier d'étoiles, un
million d'esprits flamboyaient d'une détermination
effrayante et infatigable.

Comme pour souligner les propos de l'astropathe, le nuage
se rapprocha à nouveau. Cette fois, les créatures
s'avancèrent beaucoup plus près de Tyran et il devint clair
que les lasers ne pourraient rien contre une telle masse.
Varnak compila toutes les informations sur les
envahisseurs sur un codex de données. Celui-ci fut scellé,
placé dans un émetteur psychique et déposé au fond d'un
puits d'étude scientifique, à plus de trois mille mètres sous
la surface de la planète.Le codex de données fut récupéré
plus d'un an plus tard par l'inquisiteur Kryptman sur une
planète aride et morte qu'il fut d'abord impossible
d'identifier comme étant Tyran. Le dernier message de la
base avait été une courte et confuse communication de
l'astropathe, une sinistre prophétie de mort et une image
mentale du ciel de Tyran, noir de monstres grouillants. Les
envahisseurs prirent finalement le nom de la planète : les
tyranides.

Textes tirés de Advanced Spade Crusade et Guerrier des Ruches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
recueil : tyranides
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TYRANIDES : Flotte Abraxax !?
» Vend : tyranides , BB
» Les nouveaux tyranides !!!!!
» Christophe - Tyranides - Jormungandr
» Tyranides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Toile Eldar V2 :: Le Temple d'Hoeth :: Les Halls du Savoir-
Sauter vers: